L’arrivée du printemps est souvent associée au retour de l’allergie respiratoire saisonnière, encore appelée rhinite allergique au pollen ou rhume des foins. Si les symptômes qui y sont liés sont très semblables à ceux du rhume (nez qui coulent, éternuements, yeux larmoyants, gorge qui chatouille, nez et yeux enflés…), ces allergies saisonnières, encore appelées allergies d’extérieur, d’automne ou de printemps, n’ont rien avoir avec le rhume en tant que tel. Elles sont déclenchées par un élément extérieur, présent à un moment précis de l’année, à l’image des pollens au printemps, qui provoque une réaction allergique dans l’organisme. Très gênante à vivre, cette réaction allergique saisonnière, comme toute forme d’allergie, est l’expression d’un système immunitaire saturé. Luttant plus qu’il ne faut contre l’agent pathogène qui déclenche l’allergie, ce système immunitaire est complètement déréglé et répond par l’expression de toute une série de symptômes. 

20 à 30% de la population touchée

Selon le ministère de la Santé, 20 à 30 % de la population française est victime chaque année des allergies respiratoires saisonnières. Si ces affections demeurent la plupart du temps anodines, elles peuvent s’avérer très handicapantes, voire invalidantes, en particulier chez les personnes asthmatiques. Leur origine est souvent de nature héréditaire, caractérisée par la transmission un système immunitaire dit « atopique ». Pour autant, les facteurs environnementaux dans lesquels nous évoluons ne sont pas en reste. De nombreux polluants comme la fumée de tabac ou la pollution atmosphérique, peuvent en effet favoriser ou aggraver ces allergies. Si les traitements médicamenteux, comme les antihistaminiques ou les corticoïdes, permettent de traiter ces allergies, que la désensibilisation de l’organisme à l’allergène est aussi une approche plébiscitée, réguler en profondeur son organisme et son système immunitaire déficient reste la solution la plus logique et la plus efficace pour un mieux-être dans la durée. A ce titre, les ondes scalaires apparaissent comme une solution naturelle des plus probantes en cas d’allergie respiratoire saisonnière, comme dans tous les types d’allergies.

Les solutions mom®, alliées du système immunitaire

En agissant au cœur des cellules de tout vivant, les ondes scalaires participent de façon active à détoxifier les cellules comme le système immunitaire, et à le renforcer et le rééquilibrer. Si vous êtes sujet aux allergies respiratoires saisonnières, porter l’un des pendentifs énergétiques mom® durant la période des pollens vous permettra de mieux faire face à la panoplie de symptômes qu’elle déclenche. Sur la durée, les ondes scalaires dont les dispositifs mom® émanent permettront à votre système immunitaire de se montrer moins sensible et réactif au contact de l’allergène. De la même façon, poser le correcteur d’environnement mom® dans votre pièce de vie principale ou dans votre chambre permettra d’assainir l’air de la pièce, chargé lui aussi en pollens de par l’ouverture des portes et fenêtres.