Elle peut être très pénible pour celle ou celui qui l’endure, du fait de l’apparition ou de l’accentuation des symptômes qu’elle occasionne. Or, une crise de guérison, comme son nom l’indique, fait partie du processus de guérison du corps. Elle se définit comme une réaction rencontrée suite à une thérapie ou un soin et dont l’intensité peut varier d’une personne à l’autre. Si elle n’est pas systématique, elle s’impose comme une réaction de l’organisme qui se produit pour lui permettre de se débarrasser de tout ce qui entrave son bon fonctionnement, que ce soit sur plan physiologique, avec l’élimination des toxines, que sur le plan émotionnel, avec l’abandon des croyances et comportements limitants. Il est donc normal, qu’en tant qu’outil thérapeutique, que les solutions mom® puissent elles aussi engendrer leur lot de symptômes désagréables, surtout en début de traitement.

Nettoyage et intégration nécessaires

« Beaucoup de personnes qui utilisent nos solutions reviennent vers moi en me disant qu’elles ne supportent pas l’action générée par les ondes scalaires, ressentant des effets inconfortables. Or, cette symptomatologie est une preuve de l’action thérapeutique des solutions mom® », avance Hubert Mauerer, le fondateur de l’Espace mom®. « Cette période n’est que passagère. Même si elle peut sembler difficile à vivre, elle est précieuse : elle démontre qu’un changement de schéma d’information se produit dans le corps et que la mémoire cellulaire de celui-ci opère une profonde mutation ».

Cette libération peut prendre quelques jours ou plusieurs semaines, selon l’importance de ce qu’il y a à libérer et à reprogrammer au niveau de nos schémas cellulaires. Fatigue générale, maux de tête, douleurs articulaires ou dans le bas du dos, diarrhée, constipation, fièvre, transpiration excessive, crises de larmes ou irritabilité, baisse de libido, etc… sont autant de symptômes physiques et psychiques qui peuvent apparaître ou se voir accentuer lors d’une crise de guérison due aux solutions mom®. Une période qui laissera finalement place à une amélioration, et progressivement, à la disparition totale des symptômes.

Un temps d’exposition progressif

« En cas de crise, je préconise de faire les choses par étape. Par exemple, pour les pendentifs énergétiques mom® 1, mom® 2 ou mom® 6, qui participent activement au rééquilibrage énergétique de la personne, de ne les porter qu’une partie de la journée, plutôt qu’en continu. De cette façon, l’organisme pourra progressivement s’habituer à l’effet bénéfique des ondes scalaires. Quand les premiers symptômes s’atténueront, les pendentifs pourront être portés plus longuement, et ainsi de suite, jusqu’à ce que la symptomatologie disparaisse complètement et qu’ils puissent être utilisés de façon permanente », conseille le chef de file de l’Espace mom®.